Français
Page précédente Haut de page Télécharger cet article ( Format PDF )

L’autoévaluation et l’évaluation par les pairs en enseignement supérieur : promesses et défis

Self-Assessment and Peer-Assessment in Higher Education: Promises and Challenges

Martin Roy, Université du Québec à Montréal, Canada

Nathalie Michaud, Université du Québec à Montréal, Canada

doi:10.18162/fp.2018.458

Résumé

Les changements en éducation introduits par le constructivisme et le socioconstructivisme ont des impacts sur l’évaluation des apprentissages (Morrissette, 2010). Le présent article met en évidence deux modalités : l’autoévaluation et l’évaluation par les pairs. Celles-ci, inscrites dans une perspective nouvelle, demandent à l’étudiant de s’engager dans le processus d’évaluation. Toutefois, elles semblent peu utilisées dans le contexte de l’enseignement supérieur (Campanale, 2007). Une revue de la littérature permet un survol des motifs et avantages avant de mettre en exergue les défis et pièges. L’article conclut sur des solutions et stratégies pour leur mise en place en salle de classe.

Abstract

Change of paradigm in education introduced by constructivism and social constructivism has impacts on the evaluation of learning (Morrissette, 2010). This article aims to highlight two methods: self-assessment and peer-assessment. These methods, implemented in the new perspective, request the student to engage in the process of assessment. However, they seem underused in the context of higher education (Campanale, 2007). A review of the literature allows an overview of reasons and advantages of using these two methods. In addition, challenges and traps are highlighted. The article ends on potential solutions and strategies to assist their implementation in the classroom.

Mots-clés

Enseignement supérieur, autoévaluation, évaluation par les pairs.

Pour citer cet article

Roy, M. et Michaud, N. (2018). L’autoévaluation et l’évaluation par les pairs en enseignement supérieur : promesses et défis. Formation et profession, 26(2), 54-65. http://dx.doi.org/10.18162/fp.2018.458