English
Page précédente Haut de page Télécharger cet article ( Format PDF )

Vers une «socialisation démocratique» des élèves du primaire?

Towards a “democratic socialization” of elementary school students?

Louis Levasseur, Université Laval, Canada

Stéphanie Duval, Université Laval (doctorante), Canada

doi:10.18162/fp.2012.174

Résumé

Avec la démocratisation de l’enseignement survenue dans les années1960 au Québec, la promotion des valeurs individualistes et l’autonomisation de la personne, on peut se demander si les modes de socialisation qui ont cours actuellement au sein de l’école québécoise sont demeurés ceux hérités des congrégations religieuses, réputés austères, impersonnels et contraignants, ou si nous sommes passés à une forme de «socialisation démocratique» que nous entrevoyons dans cet article sous l’angle du dialogue et de la participation des élèves à l’élaboration des règles de la classe. L’article fait pièce aux discours visant à dénoncer l’école soit comme milieu d’enfermement des enfants n’ayant aucunement évolué depuis les 50dernières années, soit, au contraire, comme milieu d’incurie en raison du laxisme des enseignants et de modes pédagogiques éphémères. Ces discours appartiennent davantage à l’idéologie, voire au préjugé, qu’au registre de l’analyse sociologique à proprement parler.

Abstract

Since the 1960s, democratized education has been established throughout Québec, along with the promotion of individualism and empowerment. However, some question whether the socialization modes currently used in Québec schools have been inherited from inherited religious beliefs—described as austere, impersonal, and restrictive—, or whether we have advanced to a new form of “democratic socialization.” This question is considered from the angle of dialogues and student participation in developing classroom rules. This article belongs to the research stream that criticizes the school as a place of confnement, where no real progress has been made in the last 50 years. On the contrary, it is viewed as a mismanaged system of uninspired teachers and shortlived methods. These critiques are more ideological in nature (or even biased) rather than proper sociological analyses.

Pour citer cet article

Levasseur, L. et Duval, S. (2012). Vers une «socialisation démocratique» des élèves du primaire?. Formation et profession, 20(1), 41-57. http://dx.doi.org/10.18162/fp.2012.174